Archives de Tag: justice

EXCLUSIVITÉ POUR LES AMIS DES DÉSOBÉISSANTS! Vive le théâtre militant!

Les billets pour les 2 premières pièces de la trilogie de Nicolas Lambert en prévente à tarif réduit sont désormais disponibles sur la Boutique Militante! N’attendez-pas!

=> Prix spécial : 5 € à la place de 15 €!

elf-la-pompe-afrique-de-et-par-nicolas-lambertELF – LA POMPE A FRIC

En 2003, Nicolas Lambert veut assister au procès de l’affaire Elf. On lui refuse l’accès, par manque de place. Il décide alors de se faire passer comme journaliste et là, bingo, la porte lui est ouverte sur un imbroglio politico-judiciaire invraissemblable. Nicolas Lambert nous restitue ce procès tel quel, seul sur scène, changeant de personnalité au gré des interventions des prévenus. Une pièce exceptionnelle.

« L’ambition de Nicolas Lambert est de travailler sur les mensonges d’état. Le remarquable spectacle « Elf la pompe Afrique » premier volet de la trilogie « Bleu, blanc rouge » en est l’expression. Il nous laisse à voir la duplicité des hommes face à leurs propres mensonges. D’une analyse rigoureuse, qui nécessite un travail de documentation considérable, il nous livre sur scène les aspects méconnus, les mystères, les jeux de pouvoir, les ambitions inavouables, la mauvaise foi, ce coté humain, trop humain des hommes de pouvoir. Son théâtre synthétise, hommes, comportements, systèmes, et nous emporte dans un véritable documentaire théâtral. Le théâtre révèle, donne sa force au propos et à sa compréhension, il devient en quelque sorte un véritable outil politique. » François Grosjean – Directeur du Grand Parquet

 » Ce jeune comédien qui a observé, suivi de très près le procès, joue tous les personnages. Il est tout seul en scène pendant deux heures et il joue tout le procès. C’est bien foutu, c’est drôle, on rigole et puis on comprend quelques choses et puis on réfléchit. Il a inventé (ou presque on sait pas trop…) le documentaire théâtral. » Daniel Mermet

Pour en savoir plus :

avenir-radieux-une-fission-francaise-piece-de-nicolas-lambertAVENIR RADIEUX – UNE FISSION FRANÇAISE

« Avenir Radieux, une fission française » est le deuxième volet de la trilogie BLEU – BLANC – ROUGE. Il s’agit ici d’explorer le discours officiel du pouvoir, et la confiscation de la possibilité de débattre. Pour le peuple, comme pour ses représentants.

« De la bombe, ce spectacle sur le nucléaire ! Après « Elf, la pompe Afrique », Nicolas Lambert embraye sur « Avenir radieux, une fission française », le deuxième volet d’une trilogie destinée à remuer l’histoire (officielle et officieuse) de la France et ses multinationales. Une pièce qui traite du nucléaire, sujet explosif. Un spectacle d’utilité publique à voir de toute urgence, car c’est du vrai théâtre, documentaire et citoyen. » Léna Martinelli, pour France Culture.

Pour en savoir plus :

INFOS PRATIQUES :

En alternance du 15 février au 2 Mars – Théâtre Le Grand Parquet

Jardins d’Eole, 35 rue d’Aubervilliers 75018 Paris

Métro : Stalingrad/Marx Dormoy – Station Vélib’ et autolib’ devant le théâtre)

SOURCE : http://www.la-boutique-militante.com/info/desobeissance/exclusivite-pour-les-amis-des-desobeissants-vive-le-theatre-militant

Publicités

Arno Klarsfeld – La nécessaire législation sur la protection des animaux

corrida-picasso-la-regle-du-jeuuIl y a près d’un an, le conseil constitutionnel a rejeté la demande d’associations de défense des animaux demandant l’interdiction de la corrida. Dans sa décision les membres du conseil ont rappelé que bien que l’article 521-1 du code pénal réprime les sévices graves et les actes de cruauté envers un animal domestique ou tenu en captivité, cet article exclut expressément l’application de ces dispositions aux courses de taureaux dans les cas où une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Ces pratiques traditionnelles reconnues par la loi ne portant pas atteinte à un droit constitutionnellement garanti.

Cela a peut-être été une défaite pour les défenseurs des animaux mais le conseil constitutionnel a montré la voie à suivre pour l’avenir : la dignité des animaux ou l’interdiction d’une inutile cruauté à leur égard doit être constitutionnellement garantie.

Animaux esclaves, Marie-Pierre Hage - Ed. Lucien Souny - 2008La règle légale sur les corridas les autorisant si une tradition locale ininterrompue peut être invoquée est vouée à disparaître. Elle rappelle trop la règle en vigueur aux Etats-Unis avant la guerre de sécession autorisant l’esclavage là où il avait existé mais en excluant les nouveaux territoires ouverts à la colonisation.

On sait que c’est mal, on sait que ces coutumes viennent d’un temps où l’on pensait que l’animal, comme l’esclave, n’avait pas de conscience mais on laisse perdurer car on craint un conflit ouvert.

Pendant longtemps on a pu maltraiter et torturer les animaux en se fondant sur la croyance qu’ils n’étaient que des machines sans conscience. Entre Pythagore qui pensait que les hommes se réincarnaient dans les animaux et les animaux dans les hommes et Aristote, deux siècles plus tard, qui professait que les animaux étaient dénués de pensée, de raison et de logique, c’est Aristote qui l’a emporté. Pendant 2 000 ans les animaux n’ont eu aucun droit.

Ce n’est qu’au milieu du 19ème siècle qu’on a interdit en France les sévices infligés aux animaux lorsque ces sévices étaient infligés publiquement. Ce n’est que bien plus tard que le caractère public est devenu indifférent et que l’animal comme sujet de droit a émergé. Aujourd’hui le droit des animaux est enseigné sur la plupart des campus des universités des Etats-Unis.

La corrida tout comme la chasse à courre sont vouées à disparaître. Si l’homme a une conscience, il en va de même du taureau martyrisé dans l’arène ou du renard affolé et déchiré vivant par les chiens pour le plaisir de cavaliers indifférents à la souffrance animale.

Oui les animaux ont des droits et le meilleur moyen de les protéger est de garantir une partie de ces droits constitutionnellement.

La France ne serait pas le premier pays à le faire. Trois pays frontaliers l’ont déjà fait. L’Allemagne dont la loi fondamentale protège les animaux depuis 1993, la Suisse dont la constitution garantit le respect de la créature animale et le Luxembourg qui garantit sa protection. Pour des pays plus éloignés, la constitution de l’Inde assure un devoir de compassion, celle du Brésil prohibe la cruauté. Après ce sera à la jurisprudence des cours judiciaires et administratives de construire, doser et s’adapter.

Affiche « Ceux qui s'opposèrent à l'esclavage au XIXe siècle... »Assurer les animaux constitutionnellement contre une inutile cruauté aurait aussi pour conséquence d’interdire l’abatage rituel pour la viande casher ou halal sans que l’animal soit préalablement étourdi. Si l’on doit manger de la viande la moindre des reconnaissances c’est d’abattre l’animal en lui causant le minimum de souffrance. Ce n’est pas là une question de laïcité mais de juste compassion.

Il est logique que la prise de conscience des peuples occidentaux de la souffrance animale débouche sur des changements constitutionnels et que l’éthique conditionne le droit.

De nombreux hommes politiques aiment la chasse et la corrida mais ils aiment encore plus être en phase avec l’opinion publique. Deux sensibilités s’affrontent et iront en s’affrontant de plus en plus.

Source : Arno Klarsfeld, La nécessaire législation sur la protection des animaux – La Règle du Jeu.

NDLR – la mise en gras de certains passages n’est pas du fait d’Arno Klarsfeld mais du nôtre. De même des liens et des photos, exception faite du tableau de Picasso, « Courses de taureaux (Corrida) 1 », 1934.

Condition animale et justice sociale

Condition animale et justice sociale.

Par Corine Pelluchon, maître de conférences en philosophie à l’Université de Poitiers – Le Monde.fr | 24.02.2012 à 09h53

On a souvent opposé le souci pour les animaux et le souci pour la justice sociale, reléguant la protection animale à la périphérie de la politique. Pourtant, la question animale ne pose pas seulement des problèmes moraux, mais elle relève également de la justice. Elle est même l’épreuve de notre justice, parce que nos usages des animaux trahissent les fondements de notre droit et révèlent les dysfonctionnements d’une organisation du travail et d’une économie dont les hommes sont aussi les victimes.

Pour lire la suite…

 

 

Bienvenue sur le blog de l’Association LLPAA – Laissons Leur Peau Aux Animaux!

LLPAA MILITE POUR LE RESPECT DU VIVANT!

LLPAA est une association anti-spéciste. Par conséquent, nous soutenons les actions et mouvements qui luttent pour la préservation, le respect et les droits du vivant, qu’il soit humain, non humain, ou environnemental.

Nous croyons profondément à la synergie des luttes en ce sens!

C’est pourquoi vous trouverez sur ce blog non pas des articles spécifiques à notre objet principal, l’exploitation des animaux pour leur peau, mais des articles, et des liens relatifs aux luttes que nous soutenons, aux associations partenaires, nos coups de cœur… Bref, ce blog se veut différent du site institutionnel! 😉